house-4516175_1280

Par Le Figaro
Publié le 8 Mai 2020

  1. Des transactions en nette baisse

C’est le point qui met tous les spécialistes d ’accord : après deux années record, 2020 marquera une nette chute du nombre de transactions. Comme le rappelle le site d’évaluation immobilière Meilleurs Agents, le printemps est l’une des saisons les plus actives : 15 % des ventes annuelles se déroulent généralement entre mi-mars et fin avril.

Sachant que l’an dernier 1,068 million de transactions avaient été enregistrées en 2019, il évalue à 120 000 le nombre de ventes non réalisées avec le confinement. Après le
11 mai, il pourra certes y avoir un effet de rattrapage , mais tout ce retard ne pourra pas être absorbé. La finalisation des dossiers en cours prendra plusieurs semaines et l’été risque d’être plus calme que d’habitude, à en croire les prévisions des notaires.

Restera ensuite à voir si les déménagements sont possibles et quelle est l’ étendue de la crise économique qui suivra la crise sanitaire. Dans tous les cas de figure, même les observateurs les plus optimistes n’ attendent pas un…

Lire l’article complet sur le Figaro en cliquant ici