record-immobilier

La crise sanitaire a rebattu les cartes. Les locations à vocation touristique sont apparues bien fragiles et de nombreux propriétaires sont revenus à des locations longue durée engendrant des effets notables sur le segment de la location meublée.

Les déconvenues financières des bailleurs touristiques liées à la crise sanitaire (réservations annulées, rentabilité locative détériorée) entraînent un retour à la location traditionnelle. Un propriétaire sur trois a abandonné la location touristique.

Parmi eux, un très grand nombre opte pour la LMNP (Location meublée non professionnelle). « 20 % des nouveaux propriétaires qui arrivent sur le marché louaient jusqu’à présent leur bien sur des plateformes de type Airbnb », souligne Alexis Alban, directeur général adjoint de Lodgis. Ils sont séduits par la flexibilité du bail et les nombreux avantages fiscaux qui en font un modèle fiable et attractif.

La location meublée non professionnelle est avant tout un bail, qui n’a rien à voir avec des revenus financiers, rappelle Michel Platero, président de la FNAIM Grand Paris.

C’est un produit immobilier qui offre de nombreux avantages : on peut amortir une bonne partie du bien acheté ainsi que les frais de notaire, ce qui augmente la rentabilité de la location. C’est donc un compromis intéressant pour les propriétaires habitués à la rentabilité des locations touristiques.

C’est aussi une bonne nouvelle pour les locataires des villes en tension immobilière comme Paris. Avec l’arrivée de ces nouveaux biens sur le marché parisien, l’offre de meublés explose et les locataires ont l’embarras du choix dans leur recherche. Une situation qui pousse les bailleurs à faire le nécessaire pour « sortir du lot » (travaux d’entretien, baisse de loyer, ajout d’équipement, etc.).

C’est enfin une occasion offerte, pour ceux qui s’orientaient plus spontanément vers des locations vides, de découvrir les offres meublées. Une solution qui propose de nombreux avantages et qui permet de gérer une situation provisoire dans un contexte d’incertitude économique qui n’encourage pas les projets d’acquisition malgré le niveau bas des taux du crédit immobilier.

Découvrant une solution flexible à bonne rentabilité, sans les contraintes attachées aux locations touristiques comme l’enregistre- ment du logement auprès de la mairie ou le nombre de nuits limitées, les investisseurs seront certainement de plus en plus nombreux à opter pour la location meublée.

Un courant qui demandera à nos professionnels d’être parfaitement formés pour accompagner leur client, non seulement dans le choix du bien mais aussi dans le montage des amortissements pour éviter toute requalification de l’administration fiscale.