house-4516175_1280

Avec la mise en oeuvre du 3ème confinement, le regain de la demande constaté en mars s’est émoussé. Certes, l’activité n’a pas reculé aussi brutalement que lors des précédents confinements : une baisse des ventes de 18 % en avril 2021, contre 76 % en avril 2020, puis de 28 % en novembre. L’analyse de Michel Mouillart, professeur d’Economie à l’Université de Paris Ouest et porte-parole du baromètre des prix immobiliers LPI-SeLoger.

Avec la mise en oeuvre du 3ème confinement, le regain de la demande constaté en mars s’est émoussé. Certes, l’activité n’a pas reculé aussi brutalement que lors des précédents confinements : une baisse des ventes de 18 % en avril 2021, contre 76 % en avril 2020, puis de 28 % en novembre. L’analyse de Michel Mouillart, professeur d’Economie à l’Université de Paris Ouest et porte-parole du baromètre des prix immobiliers LPI-SeLoger.

Poursuite de la hausse des prix des logements anciens

Le ralentissement constaté durant le 2ème confinement s’était conjugué avec le repli saisonnier habituel des prix des logements anciens observé durant les mois d’hiver. Mais à partir de mars, leur progression a repris à un rythme soutenu : et en avril, l’augmentation sur 3 mois a été de 2.7 %, pour l’ensemble du marché. Aussi, l’accroissement annuel est maintenant de 5.0 %. La hausse reste donc rapide, en dépit d’un nouvel affaiblissement des prix provoqué par le 3ème confinement.

Ce sont les prix des appartements qui enregistrent la progression la plus rapide, avec une hausse de 5.2 % sur le seul mois d’avril. L’augmentation mesurée sur 3 mois est ainsi de 3.4 % : les conséquences du repli des prix provoqué par le blocage du marché dans les grandes villes durant le 2ème confinement se font encore un peu ressentir, en dépit d’un rebond sensible en mars. Néanmoins, les prix d’offre des vendeurs poursuivent leur redressement et l’augmentation des prix signés se renforce : + 3.0 % sur 3 mois, une telle poussée ne s’était pas constatée depuis 2011, lorsque la demande bénéficiait pleinement du soutien d’un PTZ sans travaux, ni conditions de ressources….

lire la suite ici (article paru sur le Journal de l’Agence)